Accueil J'ai testé... J’ai testé…la césarienne.

J’ai testé…la césarienne.

4 min lues
156

IMG_20180813_123507

           Oui, j’ai testé la césarienne. Je ne sais pas si « tester » est vraiment le mot approprié parce que, je t’assure, j’me suis pas réveillée un matin, enceinte jusqu’aux yeux en me disant : « Tiens, et si je me faisais découper le ventre ? Les vergetures c’est sympa, mais j’ai toujours rêvé d’avoir une grosse cicatrice au niveau du pubis! ». Évidemment, ce n’est pas de bon cœur que j’ai mis mon p’tit bonhomme au monde par césarienne. Malgré tout, j’y suis passée, et c’est ce dont je veux te parler aujourd’hui.

             Mini-T était prévu pour août 2017, malheureusement il ne prenait pas assez de poids, alors les différents professionnels de santé ont jugé bon de déclencher l’accouchement, puisque rester au chaud deux semaines de plus n’apporterait rien à bébé, voire même, ne pas le faire sortir pouvait s’avérer dangereux.

             C’est ainsi qu’un lundi matin à sept heures, j’entrai à la maternité, avec une nuit blanche derrière moi, ma valise, et mon col absolument pas «open» pour un accouchement. Je me retrouve avec une sorte de tampon dans le vagin, quelques heures plus tard les contractions deviennent douloureuses, mais rien ne progresse, mon col ne s’ouvre pas. On découvre que mini-T commence à être en souffrance à l’intérieur, et moi je vois déjà la césarienne venir. Malgré tout, on me pose la péridurale (il est 18h et je douille sérieusement), et on me perce la poche des eaux. Il est 20H, bébé ne supporte pas mieux les contractions, et il ne supporterait pas un accouchement par voie basse. Étrangement, je n’ai pas énormément de souvenirs du moment de la césarienne. Ça reste assez flou, j’étais complètement shootée, et tiraillée entre la déception, mes nausées, et l’excitation de bientôt pouvoir rencontrer mon fils. Lorsqu’il a poussé son premier cri à 20h29, je ne sentais plus mon corps, et bien qu’on l’ait posé sur moi, j’ai à peine pu le regarder et refermer mes bras sur lui tant j’étais faible. Le premier peau à peau fut avec Papa-man.

               Je me souviens, une fois de retour dans ma chambre, avoir levé ma blouse d’hôpital pour observer mon ventre, vide. Vide sans que je n’ai rien eu à faire, sans que je comprenne ce qu’il s’était passé.

             Aujourd’hui, un an plus tard donc, je ne sais pas si j’ai réellement fait le deuil de cet accouchement par voie basse. Mais j’ai accepté le fait que mini-T soit autrement, et surtout, que cela ne fait pas de moi une mauvaise mère, une mère qu’à moitié. Mon fils est là, je suis sa maman, je le sais et il le sait. Et il a été fait avec amour. Et c’est l’essentiel. Point. 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par cactusetbrocolis
  • J’ai testé…la marque Love&Green

    À la maternité, la première couche que mini-T a eu aux fesses, ce fut Pampers. Papa-man et…
Charger d'autres écrits dans J'ai testé...

Laisser un commentaire

Consulter aussi

J’ai testé…la marque Love&Green

À la maternité, la première couche que mini-T a eu aux fesses, ce fut Pampers. Papa-man et…